Blog. Actualités Modernes

Artypique: édition spéciale Japon!!!

 

ARTYPIQUELa librairie Les Modernes et Histoires et toiles* s’associent une nouvelle fois pour créer Artypique (5ème édition) : un espace ouvert qui propose, le temps d’un dimanche : une librairie éphémère, des expositions et des ateliers en famille et/ou enfants dans le quartier Saint-Bruno à Grenoble.

Cette année, on se prend un retour(s) de Japon !!!

Ce projet d’événement Artypique est né d’une discussion, il y a quatre ans déjà, entre Gaëlle des Modernes et de Béatrix de Histoires et Toiles autour de leurs passions communes : les livres, les artistes, la transmission ! et du constat d’une réalité : il n’y a pas de librairie dans le quartier Saint-Bruno ! Alors, autant créer l’événement, 1 ou 2 fois par an, en choisissant un thème, des artistes et des intervenants passionnés qui animent des ateliers, le tout autour d’un brunch, dans un espace chaleureux et créatif : l’atelier Bobine ! au 34 bis, rue Nicolas Chorier.

* association pour la promotion de l’art contemporain et la formation en arts plastiques

La lecture « mise en oreilles » samedi 30 janvier chez LES MODERNES:
Pour vous donner envie de participer le dimanche, ou pour tous ceux qui ne pourraient pas venir le lendemain, Gaëlle lira des albums et des contes japonais aux enfants à partir de 5 ans et leurs accompagnants. C’est gratuit, sans réservation, il faut juste arriver à l’heure, c’est à 10h30 tapantes ! Et ça dure environ 30 minutes…

lecturealbums

Le dimanche 31 janvier de 10h à 14h à l’atelier BOBINE:
Une librairie éphémère : des contes, de la poésie, des albums, des livres autour de l’art, de la cuisine, de l’architecture, des BD, des DVD, du papier d’Origami et des accessoires Madame Mo. Vive le Japon !

Les ateliers pour les enfants ou en famille :
 « Parler japonais en calligraphie » animé par Wakiko Tsuboi à 10h30 et à 11h30, à partir de 8 ans
« Dessiner, peindre, coller en lignes et en couleurs avec les artistes japonais » animé par Béatrix Burlet et Véronique Vanhelle, à 10h30 et à 11h30, à partir de 5 ans

calligraphie

Les ateliers sont au prix unique de 5€ par participant, sur réservation auprès des Modernes sur www.lesmodernes.com ou au 04 76 41 23 34 (attention, pas de messagerie possible)

Et aussi « Découvrir l’esprit des lieux des maisons japonaises » avec Thierry Alicot à 12h, gratuit, sans inscription, seul ou en famille

Les expositions :
Martine Rey présente ses objets contemporains laqués, de pures merveilles !

laques
Les Voisines installent leurs objets japonisants : de belles surprises…
On installe les livres de l’artiste  Leïla Bergougnoux  « Il est 0h23 à Tokyo » : un grand coup de cœur de libraire, à partager !

leile

Un brunch léger dimanche 31 janvier de 10h à 14h à l’atelier BOBINE:
Du thé, des petits biscuits bizarres à nos dents et des couleurs !

On vous attend nombreux!!!!!!

L’affiche de l’événement a été réalisée par Celeste Alicot: merci Céleste!!!!!

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Club des Gros Lecteurs: Théâtre!!!

bellesaison

 

Le Club des Gros Lecteurs débutera  en janvier avec une NOUVELLE formule !!!
Ce sera un Club spécial TEXTES de THEATRE !!! C’est un Club de Lecture gratuit, ouvert aux enfants de 10 à 14 ans qui veulent s’engager sur les dates définies plus bas.

Ce sera une nouvelle aventure passionnante, vous pouvez me croire !!! Les textes de théâtre jeunesse contemporain sont d’une richesse incroyable et vous découvrirez un nouveau mode et monde de lecture et des auteurs étonnants comme Dominique Richard, Estelle Savasta, Nathaie Papin, Claire Rengade, etc.

Avec plein de rencontres et une lecture en public des textes que nous aurons aimé qui aura le 1er juin 2016 à l’occasion d’une grande fête : le 1er des écritures (voir ici pour l’édition 2015: http://librairies-sorcieres.blogspot.fr/2015/05/la-belle-saison-la-librairie-les.html)

Le premier club aura lieu le jeudi 7 janvier à 18h (jusqu’à 19h).
Et ensuite aux mêmes heures, les jeudis 4 février, 3 mars, 5 mai, la date d’avril sera confirmée en fonction du Printemps du Livre, et ensuite lecture publique le mercredi 1er juin (une date de répétition la semaine précédente sera à prévoir)

N’hésitez pas à nous joindre au 04 76 27 41 50 ou à contact@lesmodernes.com pour vous inscrire!

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Joyeuses fêtes!

lara

 

Pendant les vacances de Noël, la librairie est ouverte tous les jours sauf dimanche et lundi
de 10h à 13h et de 14h à 19h, fermeture exceptionnelle à 17h le jeudi 31 décembre

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Des choses charmantes et dégoutantes

 

tobar

 

Nous venons de recevoir des tas de choses rigolotes, répugnantes et charmantes. A piocher au choix et à offrir au débotté, dans le pied du sapin, ou éparpillées sur la table  … pour le plus grand plaisir de vos invités ou hôtes!

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les Modernes à Noël

noel

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La liste moderne: une sélection pour noël 2015

Nous avons adoré la production éditoriale jeunesse en cette fin d’année 2015 , alors ça n’a pas été facile de choisir mais on y est arrivé !!! Et voilà le résultat en affiche !  Venez les voir en vrai à la librairie…

affiche_selection_rouge_bd

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La poésie jeunesse, c’est maintenant!

Petit retour sur le Café-Poésie « Vitamine P, poésie jeunesse » du dimanche 29 novembre à l’Heure Bleue de Saint Martin d’Hères dans le cadre du festival Gratte-Monde 2015 organisé par la Maison de la poésie Rhône-Alpes : une sorte de « condensé » que je renommerai « Poésie obligatoire pour tous » !

dumortier

« Ce matin, nous allons parler, autour d’un café, de poésie jeunesse. Alors poésie, poésie jeunesse, poésie pour la jeunesse ? Poésie avec la jeunesse ? Qu’est-ce que c’est ? »

Le festival Gratte-monde qui se fait cette année une nouvelle peau toute neuve et que je remercie pour son invitation à animer cette rencontre nous propose une introduction toute simple, en apparence : « La poésie, pourquoi, pour qui, comment ? Comment la poésie permet de vivre et de grandir». J’espère que nous aurons le temps de tourner autour de ces trois questions et de ne surtout pas y répondre complètement, afin que chacun reparte avec une petite faim à l’oreille.

Pour échanger avec vous, nous sommes en présence de :

Mateja Bizjak-Petit, auteur, metteur en scène, traductrice et directrice du Centre de Créations pour l’Enfance (Maison de la poésie) de Tinqueux dans la Marne et directrice artistique du « Carré Blanc » à Tinqueux. Créatrice du Passeport culturel pour les habitants de Tinqueux, du marché de la poésie jeunesse, d’une collection de livres de poésie jeunesse et d’une antenne slovène, etc, etc!

David Dumortier : poète, magicien, homme de spectacle pour ceux qui ont eu la chance de le voir hier. Là, tout de suite, David Dumortier me demande d’abréger  la présentation car il sentait venir le déroulé du CV à prises multiples , et il a bien eu raison. C’eût été trop long.

Claire Rengade : comédienne, metteur en scène et auteur. Là aussi, Claire Rengade a eu la même réaction que David Dumortier, alors je suis passée à :

Pierre Soletti, poète agité : à la fois auteur, lecteur, dessinateur, peintre, « exposeur », performeur, bidouilleur de sons … J’ai pu tout dire ou presque !

Et puis, son nom n’était pas sur le programme alors je n’avais pas grand-chose à dire pour le présenter mais Tom Astral (slameur, animateur) était avec nous et c’était très bien.

D’ emblée , en me coupant allègrement la parole pour m’éviter de noyer le propos, David Dumortier a proposé qu’il ne serait d’accord avec personne et que si tout le monde faisait pareil, on serait d’accord. Alors, on a tous été d’accord de ne pas être d’accord (et même avec soi-même parfois) et on a parlé, en vrac et dans le désordre, de :

Poésie heureusement,  de l’importance d’en lire, de passer le monde aux enfants, et aussi des enfants qui transmettent le monde, d’édition jeunesse de poésie, de collections de poésie pour la jeunesse, de grand-mère qui parle trois langues et les mélange, de métaphores, de signes, de poésie très ancienne et de poésie toute neuve (la même peut-être), d’images, de faire lire, de faire écrire, de se faire le scribe de l’enfant, de poésie-corps, d’acte, d’art pauvre, d’utilité et de sert-à-rien, d’ouverture d’un espace à l’intérieur de soi. Nous avons aussi eu de très justes et bavardes interventions en langue des signes autour de la poésie en langue des signes et de sa traduction, histoire de mentionner la parution de l’ouvrage accompagné d’un DVD: Les Mains Fertiles aux éditions Bruno Doucey.

 A un moment, on est venu nous dire que l’on parlait trop fort car il y avait un autre débat à côté . C’est vrai que la Jeunesse, ça fait du bruit, alors on a commencé à chuchoter, certains ont proposé que l’on rejoigne l’autre discussion en cours mais finalement on a continué , et un peu plus fort me semble-t-il.

Ont été cités dans l’ordre et pour des raisons très différentes Paul Valéry, Winnicot et Michel Drucker.

On aurait pu parler un peu plus de l’importance de la rencontre avec des auteurs, en vrai , des poètes pas morts, et donc parler un peu plus du Centre de Création pour l’enfance de Tinqueux avec Mateja, du vrai et du faux avec David, de l’imaginaire comme porte d’accès non réglementé au réel avec Pierre, des comptines , de chanson avec Tom, etc. Mais on n’avait  plus le temps.

J’aurais pu placer la citation qui me plaît beaucoup de Pol Bury , artiste belge :

« Les mots (…) se permettent et peuvent beaucoup. L’outil est toujours à portée de la main. (…) c’est par ses commodités que les mots m’ont paru être une arme plus efficace, plus redoutable. A l’instar des discours incendiaires, la poésie a toujours la boite d’allumettes en poche. »

Mais on n’avait plus le temps non plus, et j’avais peur de faire mauvais genre ou vieille garde, ce qui revient un peu au même.

On aurait pu conclure aussi, par exemple avec cette phrase que Claire Rengade m’avait été envoyée quand je lui avais demandé si elle avait envie de parler de quelque chose : «On peut le dire en grand, les enfants ont du talent ! » Et je rajouterai, à la manière de Frédéric Pajak dans son Manifeste Incertain tome 4 qui écrit « Liberté obligatoire »:

«Poésie obligatoire » et je rajouterai : « Pour Tous, par tous ».

Mais on a préféré terminer, et on a eu raison, en lisant chacun de la poésie . Je n’ai pas tout noté mais je sais que Pierre Soletti a dit le début d’une poésie écrite par des collégiens, à lire en entier dans la revue Va! Orange :

« Je t’écris en traces friables des extraits de moi pour te connaître, je t’écris en traces friables des extraits de moi pour t’envoyer une joie de vivre, je t’écris en traces friables des extraits de moi pour réveiller un cœur mort… »

Et j’ai lu une phrase de David Dumortier dans « Vous êtes peut-être dans ce livre » édité à La Rumeur libre :

« Une petite fille s’appelait Pâquerette. Devenue femme, on l’appela tout naturellement Marguerite ».

 

Et pour terminer, une petite sélection toute personnelle qui me plaît tant sur le fond que la forme:

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

A l’ECOUTE, ON ECOUTE …

ecoute

 

 

Les Modernes proposent une écoute collective du carnet sonore « A l’écoute ». On s’installe dans l’atelier et on se pose enfin, ensemble. On en discute après, pour ceux qui veulent rester. C’est ce qui s’appelle un documentaire sonore, et il est excellent !

En 2014, Martin Debisschop, musicien, et Jérémie Lamouroux, réalisateur de films documentaires, se sont rendus au Relais du Trièves, un Centre Éducatif Fermé de la région grenobloise. Des adolescents en difficulté sont placés par un juge pour enfants pour une période de six mois dans un cadre contraint de privation de liberté. Dans le temps et l’espace de ces placements, les réalisateurs ont proposé aux jeunes des dispositifs d’écoute de paysages, de sonorités, de musiques et de paroles. Écouter le monde depuis l’endroit où l’on est, tenter d’appréhender ce qui se trame dans le monde environnant. Munis de casques, de micros et d’enregistreurs, s’appuyant parfois sur la photographie et l’image-mouvement, ils ont arpenté les lieux dans les pas des adolescents. Et dans le fil de leurs mots, ils ont cherché à percevoir leurs manières d’écouter, de regarder et d’être face au monde. A l’écoute est le rendu documentaire de ces expériences et de ces rencontres, un carnet sonore, un film sans image.

Vendredi 4 décembre 2015 / 18h30 / Atelier des Modernes
ouvert à tous, gratuit, dans la limite des places disponibles

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

BD Jeunesse

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La mort

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les cahiers d’activités

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Pop-up et livres animés

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La vie sauvage

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Chagall chez les Modernes

A l’occasion de l’exposition Chagall et les Peintres Russes, au Musée de Grenoble, en 2011, nous avons recherché les livres jeunesse en rapport avec le peintre (cliquez sur l’image pour en savoir +)

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La danse contemporaine aux Modernes

Parce que Les Modernes aiment la danse, et dans le cadre de notre partenariat avec l’Hexagone et de [Re]connaissances , voici une biblio pour tous les publics (cliquez sur l’image pour en savoir +)

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Chen Jiang Hong

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Claude Ponti

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Stéphanie Blake

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les religions

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Land art

 

 

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Stéphanie Blake aux Modernes !

Samedi 11 avril 2015, nous avons accueilli Stéphanie Blake à la librairie, pour la plus grande joie des enfants comme des grands ! Nombreux sont venus rencontrer la célèbre maman de Gaspard et Simon, pour repartir avec le sourire aux lèvres et une magnifique dédicace à l’intérieur de leur livre.

Si vous avez raté cet événement, Les Modernes vous proposent de le revivre ici en images, et de poursuivre l’aventure encore plus loin, ci-dessous, grâce à la super interview de Stéphanie réalisée par Noé Couturier-Petrasson !

 

Noé : Pourquoi  êtes-vous venue en France ? 

Stéphanie : Je suis arrivée en France à l’âge de 8 ans avec ma maman.

 

N : Est-ce que votre pays ne vous manque pas trop ?

S : J’ai deux pays, l’Amérique et la France. J’ai encore de la famille aux Etats-Unis et j’y retourne régulièrement. J’ai choisi de vivre en France.

 

N : Pourquoi n’écrivez-vous pas des romans pour les adolescents ?

S : Une petite voix intérieure me souffle des histoires pour petits. Je n’aime pas les histoires que j’écris pour les grands, je trouve qu’elles ne sonnent pas juste.

 

N : Pourquoi vous êtes-vous inspirée d’un lapin plutôt que d’un homme pour vos albums ?

S : J’ai écrit dix livres avec des humains, mais  je trouvais les dessins assez moches et pas drôles. Donc, j’ai rajouté deux oreilles et une barre entre le nez et la bouche, pour transformer le petit garçon en lapin ; c’est comme ça que Simon est né.

 

N : Quel est le premier livre que vous avez écrit ?

S : Il s’appelle « Un éléphant pour se doucher ».

 

N : Combien de livres avez-vous écrit ?

S : 28.

 

N : Est-ce que c’est dur d’écrire ?

S : Le plus dur est de trouver la bonne idée, après ça va vite.

 

N : Vous préférez être l’auteur ou l’illustrateur d’un livre ?

S : J’aime faire les deux pour mes livres. Je ne conçois pas faire de faire l’un  sans l’autre.

 

N : Pourquoi aimez-vous ce travail ?

S : Je trouve ce travail distrayant. J’aime écrire pour rire et j’espère que je  transmets l’humour même aux enfants.

 

N : Combien de temps avez-vous pris pour écrire Les poissons rouges ?

S : Un mois à peu près. C’est un livre autobiographique. J’ai choisis le  titre par rapport au tableau de Matisse dont la petite fille du roman reçoit une carte postale en cadeau.

 

N : Où trouvez-vous les idées ?

S : Partout, dans  la rue, dans la vie de tous les jours … je note les idées dans un carnet.

 

N : Quel est le livre qui vous a pris le plus de temps ?

S : Il me faut à peu près le même temps pour tous les livres : j’en écris deux par an.

  

N : Comment vous installez- vous pour écrire ?

S : Je m’installe dans une grande pièce dans laquelle j’ai trois bureaux : l’un pour l’ordinateur, l’autre pour les illustrations et un dernier pour mes pauses.

 

N : C’est quoi votre prochain livre ?

S : Je n’ai pas encore d’idée.

 

Interview réalisée par Noé Couturier-Petrasson

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Albums sans texte

L’album dit « sans texte » embarrasse souvent les parents, qui lui préfèrent l’album narratif avec lecture magistrale : adulte liseur, enfant récepteur.

Pourtant, il suffit de l’apprivoiser car il peut exiger un vrai décryptage, une attention aux articulations spatio-temporelles, il peut offrir d’audacieuses constructions de l’esprit, des enchaînements forts, des jeux de combinaison page gauche/page droite mais sa complexité et les exigences d’une narration sans mots, sur la page, en font une occasion de jeu pour tous les âges, très jouissive et ce ne sont pas les enfants qui le démentiront, qui activent volontiers leur capacité précoce de maîtrise des codes de l’image.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Sylviane Teillard

 

« Baluchon toujours prêt, vers la Corrèze ou le Zambèze,

Coffre de voiture ras bord d’albums

Talons qui claquent sur l’asphalte

Déteste »les grands diseux et petits faiseux »

Vous avez deviné?

C’est Sylviane Teillard

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Art et sciences

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Grand large

Qui dit albums « Grand large » ou « Grand horizon » renvoie à la notion de littérature jeunesse certes mais s’y ajoute, en plus d’une indéniable qualité d’illustration et d’écriture, une approche de lecture dont l’exigence de maturité peut éloigner raisonnablement de jeunes lecteurs. Il en paraît une trentaine par an, pas davantage, sur une production de plusieurs milliers. Ils ne sont pas labellisés, ne portent aucune marque distinctive, ce qui rend leur repérage limité aux professionnels. À la croisée des chemins de lecture, ils plaident pour des lectures croisées entre lecteurs de tous âges.

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Des albums singuliers

Des albums créés par des artistes qui prennent les enfants au sérieux, et pour qui l’art est le fondement d’une vie libre. Ils sont d’hier et d’aujourd’hui, et ils seront encore longtemps présents sur les rayons des bibliothèques dignes de ce nom : Rémy Charlip, Bruno Munari, Louise-Marie Cumont, Katsumi Komagata, Anne Herbauts, pour n’en citer que quelques-uns.

Ils nous offrent des livres fragiles, pour dire que les choses les plus belles peuvent se casser mais quand on se sent gratifié par « le beau », on ne casse pas, on regarde, on sent, on palpe, on écoute le bruit des pages, on joue, et ce sont plein de petites portes qui s’ouvrent sans jamais se refermer !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Albums en passerelle

À l’occasion de la réédition en 2014 de « Ah Ernesto » de Marguerite Duras, son unique oeuvre de jeunesse, illustré cette fois par Katy Couprie, et précédemment par Bernard Bonhomme, en 1971.

Sur un sujet toujours brûlant, il se révélait d’une manière criante que sa réflexion sur l’apprentissage des savoirs restait tout à fait d’actualité. Des images acides et puissamment surréalistes, époque oblige, pour le premier, des images de leçons de choses et de cabinets de curiosité pour la seconde ; de là l’idée de tisser passerelles entre des illustrateurs d’hier, Leo Lionni, Arnold Lobel entre autres, et des contemporains, Béatrice Alemagna, Mélanie Rutten ou Kitty Crowther par exemple. Le monde change, la subversion est moins évidente mais subsiste. Une vision du monde commune, une belle communauté de pensée et une attention profonde aux enfants.

 

Puis, n’oublions pas de nous quitter avec ce beau baluchon, composés d’albums à toujours garder près de soi !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les oiseaux

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le street art

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La sexualité

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

L’adoption

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La poésie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

L’Italie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les moustaches

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La maison Bergès

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le Petit Poucet

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le Chili

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Fablabs

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

L’eau

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Diodore Raoult

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Crêpes party !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le cirque

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le ciel

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le cerveau

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le Moyen Age

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La lecture et la littérature de jeunesse

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Théâtre d’ombres

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les 5 sens

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les saisons

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les insectes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le petit chaperon rouge

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les justes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La peur

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les bébés

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Architecture

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La famille

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

L’argent

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les animaux

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les ados

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La chaise

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La séparation

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les sans-papiers

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Jean-Marc Rochette aux Modernes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La photographie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Musique

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La maladie

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Confidences d’outre-tombe

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Léo Lionni aux Modernes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Le doudou

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Robert Doisneau aux Modernes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les bêtises

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Au dodo !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les Modernes à vélo

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Tomi Ungerer aux Modernes

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

La Grande Guerre 14-18

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les filles et les garçons

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les dents

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Miam-Miam

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Les Modernes au cinéma

PartagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter